• Accueil
  • > Déchets (limitation et gestion)

Archive de la catégorie ‘Déchets (limitation et gestion)’

Je me renseigne sur les solutions de compostage

Samedi 25 août 2012

Le premier réflexe, lorsqu’il s’agit de nos déchets ménagers, est d’en limiter la quantité à la source, en limitant au maximum le suremballage, en achetant en vrac, en privilégieant les gros conditionnements, en n’ayant pas « les yeux plus gros que le ventre » pour les produits périssables, etc.
Le second, est de réaliser un bon tri sélectif (verre, papier, carton, plastiques, textiles, boites de conserves,…).

Ensuite, après ce tri, la moitié de la portion restante est composée de déchets organiques compostables. Il s’agit aussi bien du trognon de pomme que du restant de repas, du marc de café avec son filtre ou encore des épluchures de pomme de terre …

Composter ces détritus allège votre poubelle non seulement en vous faisant gagner de l’argent (moins de sacs poubelle payés, moins de poids dans la poubelle à puce lorsque c’est le cas), mais en diminuant également les charges pour la communauté et l’impact environnemental des camions et centres  (ramassage et élimination des ordures). Le compost obtenu sera facilement valorisé sur le jardin, dans les bacs de fleurs ou pour les plantes d’appartement, diminuant ainsi les achats d’engrais et de terreau.

En résumé, le compostage c’est gagnant-gagnant !!!

 

Je me renseigne sur les solutions de compostage dans Déchets (limitation et gestion) compostageAlors, comment faire ??? Renseignez-vous auprès de votre mairie !
Car désormais, pour une participation de quelques euros, de plus en plus de villes proposent des solutions de compostage.

Par exemple à Evreux-27 et Sommières-30 (pour prendre les exemples que je connais!), il suffit d’une participation financière de 10€ pour que la commune vous mette à disposition un bac à compost (à placer dans son jardin).

 

 

 

Rappel : Tous les déchets organiques, à différents degrés, sont compostables :

  • les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’oeufs, marc de café, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés, etc. ;
  • les déchets de jardin : tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes, etc. ;
  • les déchets de maison : mouchoirs en papier et essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux, papier journal, cartons salis (mais non souillés par des produits polluants), plantes d’intérieur, etc.

 

Pour aller plus loin : les différentes techniques de compostage

CompostBinStack_wb compost dans Déchets (limitation et gestion)

Je réduis le plastique de ma brosse à dents

Vendredi 13 juillet 2012

En prenant l’habitude de considérer le matériau « plastique » comme un matériau précieux (au vu de l’impact environnemental que sa fabrication implique), il parait complètement absurde qu’il finisse dans une poubelle…

Par exemple, j’ai récemment réglé le cas de la brosse à dent, majoritairement composée de plastique, et qui est mise aux rebuts (sans être recyclable) au bout de 3 mois…

On trouve désormais dans les boutiques bio des brosses à dents à tête interchangeable, ce qui signifie que le manche est indéfiniment réutilisable.

Je réduis le plastique de ma brosse à dents dans Cosmétiques, hygiène intime brosse-a-dent

Je n’utilise plus de tampon ni serviette hygiénique

Samedi 9 juin 2012

Bon je vais aborder un sujet un peu intime mais c’est un sujet qui concerne au moins la moitié de la population (sans compter ces messieurs qui peuvent s’informer aussi bien), et qui est partagé de façon trop confidentielle, donc finalement je pense qu’un article vaut le coup…

D’abord, juste un petit chiffre: il faut considérer qu’une femme va avoir ses règles en moyenne 2.500 jours dans sa vie … Autant réfléchir à la façon d’aborder ces jours ;-)

Plusieurs choix s’offrent à cette femme, et bien souvent l’éventail de choix proposé et/ou connu se résume à des serviettes hygéniques ou tampons jetables. A savoir pourtant :

  1. L’industrie des protections jetables est extrêmement polluante pour la planète. D’une part parce que de nombreux produits chimiques sont utilisés lors de leur fabrication et d’autre part parce que celles-ci ne sont pas biodégradables et nécessitent près de 500 ans avant de se dégrader. Sans parler des tampons et des applicateurs jetés dans les toilettes alors que ce n’est pas du tout conçu pour, qui peuvent les bloquer, et sinon se retrouver dans les océans et poser de nombreux problèmes à la faune marine.
  2. Les protections jetables ont un coût non négligeable car il faut réinvestir dedans tous les mois soit un total d’entre 10 000 et 15 000 serviettes (ou tampons ou les 2) par femme dans sa vie.
  3. De plus, il y a suspicion d’un risque potentiel pour notre santé (bien que rien n’ait été scientifiquement prouvé). En particulier, les protections périodiques contiennent de l’aluminium, des alcools, des additifs de parfum, des hydrocarbures, des fongicides, des bactéricides et des résidus de dioxines (pour les protections blanchies au chlore, il y en a de moins en moins). Ces différents composants (en particulier plastique et parfum) peuvent provoquer des irritations et des allergies. La présence de rayonne dans les tampons est supposée responsable du syndrome de choc toxique.

Deux autres choix sont possibles:

  • des protections lavables.
    Le concept facilement compréhensible, et de nombreuses informations sont disponibles sur internet.
  • une coupe menstruelle, objet mystérieux s’il en est:
    Elle s’insère dans le vagin de la même façon qu’un tampon. Par sa forme et sa souplesse, elle évite les fuites et protège des odeurs désagréables. La coupe menstruelle doit être vidée de temps en temps (a minima toutes les 12 heures) et remise en place après l’avoir nettoyé à l’eau. Le coût à l’achat est de 20-30€ environ selon les marques, et est utilisable 10 ans environ.
    De nombreuses marques (avec divers modèles et couleurs), disponibles à la vente en ligne, chacune avec ses spécificités : quelques exemples, Mooncup, Lunacup, Fleurcup, Ladycup, MeLuna …

Je n'utilise plus de tampon ni serviette hygiénique dans Cosmétiques, hygiène intime meluna-150x150

J’ai donc testé cette dernière option, et j’ai pu faire la revue de toutes les qualités qu’on lui prète sur internet:

  • « solution écologique » : ça il n’y a pas photo … aucun déchet pendant 10 ans !
  • « solution économique » : pareil, c’est net
  • « aucune odeur » : là je suis convaincue !!! effectivement le sentiment d’être propre et de sentir bon. Du au fait que le sang est recueilli avant d’être en contact avec l’air, ne s’oxyde pas et n’a donc pas d’odeur
  • « aucune fuite » : test remporté haut la main !
  • « facilité d’utilisation » : mouais… les premiers introductions et retraits ont été difficiles (mais il faut savoir que je trouve que même un tampon c’est difficile…!). Au bout de quelques jours quand même, on trouve sa technique et ça devient plus aisé. Et je n’ai eu besoin de la vider que toutes les 12 heures.
  • « je ne la sens pas »: ce n’est pas tout à fait vrai pour moi, c’est comme un tampon.
  • « permet de mieux se connaitre » : ça oui ! j’étais même effarée de mon inculture sur mon propre corps !
  • « permet de faire du sport » : sur le principe oui, natation possible sans problème etc ; je n’ai fait qu’un seul vrai test, mais après une heure de marche rapide (qui fait quand même bouger assez fortement toutes les entrailles !) elle était assez désagréable, peut-être que je ne l’avais pas correctement placée initialement… Test à refaire avec un peu plus d’expérience

En bilan, j’étais un peu rebutée par le concept il y a encore quelques mois mais certaines personnes ont réussi à me convaincre de l’intérêt d’essayer (merci !! ;-) )
et je trouve désormais que c’est une solution assez géniale, qui nécessite toutefois que l’on soit prête à persévérer un peu plus qu’un essai unique.
Pour aller plus loin, voici plusieurs liens :

 coupe-menstruelle-300x300 dans Déchets (limitation et gestion)

J’achète l’alimentaire en « vrac »

Dimanche 27 mai 2012

Actuellement, la quantité des déchets ménagers (et assimilés) quotidiens par habitant a quasiment triplé en vingt ans et atteint aujourd’hui plus de 430 kg en moyenne par personne et par an. Parmi ces déchets ménagers, les emballages et sacs plastiques occupent malheureusement une place de choix.

Pour lutter contre la pollution environnementale, il y a des solutions, en particulier l’achat en vrac.

En particulier, Biocoop propose aux consommateurs de nombreux produits en vrac : Fruits et légumes, bien sûr, mais aussi céréales complètes, muesli et flocons pour le petit déjeuner, légumineuses, sucre, farine, graines oléagineuses, fruits secs, biscuits, et parfois même olives, sel, condiments, voire lessive en poudre… Pour les porter, des sacs en kraft recyclé, imprimés avec des encres à l’eau. Les colles et encres sont sans solvants.

En plus, c’est moins cher! Le prix au kilo, par exemple entre le riz en vrac et le riz préemballé, peut varier du simple au double. Et cela permet d’acheter uniquement la quantité qui nous est nécessaire, pas un kilo dont la moitié terminera périmé à la poubelle…

A noter que d’autres grandes surfaces « classiques » commencent à s’y mettre aussi.

Et rentrés à la maison, c’est un grand plaisir de transvaser dans des jolis bocaux en verre coordonnés …

 

J'achète l'alimentaire en

Clin d'oeil : Shanghai - alimentaire en vrac ! (coll. perso)

J’utilise des chiffons micro-fibres lavables

Mardi 15 mai 2012

En fait, ça fait un moment mais je ne les utilisais pas au mieux de leurs possibilités, puisque je ne connaissais pas l’utilisation humide …

J'utilise des chiffons micro-fibres lavables dans Déchets (limitation et gestion) lingettes-microfibres-150x150

Qu’est-ce qu’une lingette microfibres ? Cf cet article publicitaire pour connaitre un peu mieux. Dans les grandes lignes :

  • Lorsque les fibres sont sèches et grâce à sa composition polyamide polyester, la microfibre a des propriétés électrostatiques. Chargée d’électricité positive, elle attire la poussière et les saletés qui s’accumulent dans son réseau de fibres. Les chiffonnettes attirent la saleté comme par magie. Par la suite, grâce à cette propriété, la redéposition de la poussière est retardée.
  • Lorsque les fibres sont humides, elles ont un pouvoir dégraissant, sans utiliser aucun produit d’entretien, aucun produit chimique, simplement de l’eau et rien d’autre. Elles doivent s’utiliser humides, mais fortement essorées pour les vitres, ainsi que sur les surfaces graisseuses.

Conseil, achetez de la bonne qualité, en faisant attention au pourcentage de polyamide (20% -30%), elles seront un bon investissement pour le futur!

Aujourd’hui, j’ai nettoyé toutes mes fenêtres facilement, et uniquement avec une lingette très légèrement humide (qui passe ensuite dans la machine !). Et honnêtement, j’ai été plus que surprise par la facilité et la qualité du résultat !

Dire qu’avant, j’utilisais du produit chimique, des sopalins à gogo, et ça me prenait beaucoup plus de temps…!!

Prochaine étape, essayer l’utilisation humide pour le nettoyage dans la cuisine et la salle de bain.

123